Drone phantom 4 de DJI, que vaut ce drone avec caméra?

0

Le drone décolle, planant à quelques mètres du sol. Je le guide jusqu’à environ 12 pieds avec l’accélérateur de la télécommande. Puis, mon fils de trois ans prend la relève. Il tape l’écran sur un iPad qui exécute notre application de pilotage. Le drone, un DJI Phantom 4, commence à monter, se dirigeant vers une grainerie abandonnée. Mon fils tape joyeusement sur l’écran, déplaçant le drone ici et là. Vous ne remarquerez pas à quel point il tape frénétiquement sur les images qu’il a capturées, ce qui est onctueux et onctueux.

Il finit par tapoter sur l’arbre. Le Phantom 4 se dirige vers lui, en s’ajustant légèrement pour éviter l’obstacle. Le résultat final est un plan dramatique, avec le drone qui divise la différence entre deux arbres, le coucher du soleil brille sur leurs branches étendues, passant bien plus près que si j’étais celui avec qui je me sentais à l’aise si j’étais le maître.

Avant le Phantom 4, le meilleur qu’un drone de caméra pouvait offrir était la possibilité de suivre votre signal GPS. Il fonctionne assez bien, mais il a de sérieuses limites. En pratique, c’est un peu comme jouer Marco Polo. Le drone a une idée générale de l’endroit où vous êtes, mais ne peut pas réellement vous voir ou le monde qui l’entoure. Avec seulement le GPS, les drones ont eu du mal à s’adapter aux changements soudains de direction ou de vitesse, à garder les sujets dans le cadre lorsqu’ils sont à courte distance – et bien sûr, à éviter les obstacles comme les arbres, les lampadaires et les remontées mécaniques.

ESSAYANT DE M’ÉCRASER M’A RENDU PHYSIQUEMENT MALADE.
J’ai passé les derniers jours à mettre le Phantom 4 à l’épreuve, passant la plupart de mon temps sur les nouvelles fonctionnalités entièrement autonomes. Il m’a fallu un certain temps pour avoir le courage de l’actionner à fond sur un mur, et je me sentais physiquement malade de peur quand je l’ai fait, mais l’unité n’a jamais manqué de détecter un accident et de s’arrêter. Il a choisi des murs de briques, des arbres, et même des clôtures à mailles de chaîne. En plus de l’évitement d’obstacles, le Phantom 4 peut être piloté en tapotant simplement sur votre écran, comme mon fils l’a fait. Et il peut utiliser sa vision par ordinateur pour identifier une personne spécifique et la suivre, en gardant parfaitement le sujet de votre film dans le cadre.
DJI’s Phantom est notre modèle de bourdon préféré depuis quelques années, mais cette dernière version ne se contente pas d’être la meilleure unité que vous pouvez acheter. En ajoutant la vision par ordinateur et des capacités entièrement autonomes, le Phantom 4 a considérablement augmenté la barre sur ce qui est possible avec un drone de caméra de calibre grand public, à la fois pour les amateurs complets qui veulent commencer à voler et pour les professionnels qui sont en train de réaliser des plans complexes et dangereux.

dji fantôme 4 angle du ventre
Les bases du matériel Phantom maintiennent la haute qualité des éditions précédentes avec quelques petites modifications et améliorations. TL;DR, c’est toujours le meilleur drone global en termes de fiabilité de vol, de belles images et de qualité de construction. Si vous voulez creuser dans le grain de sable, le reste de cette section est pour vous.

BEAUCOUP PLUS FACILE À TRANSPORTER ce drone

Pour commencer, le Phantom 4 est livré avec une nouvelle mallette de transport, une valise en styromousse grise qui semble contenir les codes clés d’un sous-marin nucléaire. Il est beaucoup plus compact et durable que le Phantom 3, qui vient d’avoir une poignée sur sa boîte en carton.
Lors de nos tests, la durée de vie moyenne de la batterie était supérieure à 25 minutes, ce qui est égal ou supérieur aux drones de taille comparable. Il est passé de vide à complètement chargé en une heure. La télécommande peut être rechargée en même temps que la batterie et dans notre test a duré trois vols complets sans problème.

Le nouveau Phantom est doté d’un cadre en plastique brillant et d’une carrosserie plus mince et plus aérodynamique ici. Les bandes de couleur ont disparu des bras, qui se terminent maintenant en métal brillant sur les moteurs exposés. Son ventre est en plastique gris, ce qui est une belle rupture avec le design tout blanc. De loin, il est impossible de le distinguer des éditions précédentes, mais de près, c’est un design un peu plus agressif et attrayant. Le contrôleur est identique aux éditions précédentes, sauf qu’il a échangé un plastique mat contre un manteau brillant pour correspondre à son bourdon.

MMMMMM, SHINY
L’assemblage est fondamentalement le même, sauf que les rotors ont maintenant un nouveau mécanisme de verrouillage. DJI dit qu’il fallait une connexion plus forte pour empêcher les rotors de s’envoler en “mode sport” (voir plus loin.) Le résultat final est tout aussi simple – et un peu plus rapide – que la méthode d’assemblage précédente. La batterie est un peu plus grande mais autrement identique. Il s’enclenche bien en place et se détache facilement.

dji phantom 4 moteur phantom 4
Le Phantom 4 fonctionne maintenant essentiellement à trois vitesses. Lorsque la fonction d’évitement d’objets est activée, elle atteint un peu plus de 22 milles à l’heure. En mode de vol normal, il peut atteindre 35 milles à l’heure, et dans le nouveau mode sport, il peut voler à une vitesse étonnante de 45 milles à l’heure. Pour les pilotes expérimentés, le mode sport est un vrai régal, ajoutant beaucoup de puissance et d’agilité à l’embarcation. Pour les caméramans professionnels, le mode sport permettra de prendre des photos de poursuite beaucoup plus dynamiques tout en filmant des cascades ou des courses à grande vitesse.

COMME UN TRÉPIED DANS LE CIEL
DJI affirme que le Phantom 4 est cinq fois plus stable que son prédécesseur et, lors de nos tests, il a fourni des images incroyablement fluides. En vol stationnaire, il n’a jamais eu de problème pour maintenir sa position exacte à un pouce ou deux, même dans des vents modérés. La stabilité supplémentaire provient d’une UMI supplémentaire et du double du nombre de caméras et de capteurs sonar orientés vers le bas que le Phantom utilise pour son système de positionnement visuel. Lors de l’exécution d’un retour automatique à sa position d’origine, l’embarcation a toujours atterri à quelques pouces de sa position de décollage.
DES IMAGES BEAUCOUP PLUS JOLIES
Le Phantom 4 utilise la même télécommande et la même technologie de liaison descendante vidéo Lightbridge que le Phantom 3. lors de nos tests, il n’a jamais perdu la connexion et le flux vidéo était extrêmement clair et sans retard. Je n’ai pas un œil expert pour le cinéma, mais selon notre équipe vidéo, les images du Phantom 4 étaient une grande amélioration. Il semblait plus “brut” – une gamme dynamique plus élevée, moins de netteté numérique et moins de saturation – autant d’avantages qui vous donnent plus de flexibilité lors du montage et de la coloration des images plus tard.
Tous les modes de vol intelligents que l’on retrouve sur le Phantom 3 – la navigation par waypoint, l’orbite, le suivi et le suivi – sont également disponibles ici. Ils se fient toujours au GPS et n’ont pas beaucoup changé, bien que je les ai trouvés un peu plus précis à courte distance. Cependant, étant donné les nouvelles fonctions autonomes disponibles, vous ne dépendrez probablement pas de ce mode pour autre chose que la navigation au point de repère de balisage.

dji phantom 4 camera camera sensor

Le capteur optique orienté vers l’avant du Phantom 4
Toutes ces améliorations sont formidables, mais ce sont les fonctions autonomes qui sont l’énorme changement avec le Phantom 4, alors creusons en profondeur. Il est clair qu’il y a encore de grandes limites. La nouvelle fonctionnalité la plus cool de loin est TapFly. Vous avez un flux en direct de la caméra principale du drone sur l’écran de votre appareil mobile. Tapez n’importe où sur cette image et le drone volera dans cette direction. Le drone se met automatiquement en virage, évitant ainsi le mouvement saccadé que j’ai souvent obtenu dans mes images en volant manuellement.

L’AUTONOMIE PERMET UN VOL SÛR, FACILE MAIS LIMITÉ
La limitation ici est que vous vous déplacez la plupart du temps dans une direction – vers l’avant – qui est la seule direction dans laquelle l’évitement des obstacles fonctionne. Les capteurs ont un champ de vision de 60 degrés, ce qui signifie que vous ne pouvez tourner qu’à un angle d’environ 30 degrés, tout en avançant. Si vous voulez effectuer un virage serré ou revenir d’où vous venez, vous devrez vous mettre sur les bâtons de contrôle ou utiliser la fonction automatique “retour à la maison”.

L’évitement des obstacles est très prudent. Parfois, lorsque je lui demandais de naviguer à travers un peuplement d’arbres avec quelques pieds de dégagement de chaque côté, le drone pas cher avec camera refusait. TapFly a également refusé de travailler lorsque vous étiez trop bas, par exemple juste après un décollage automatique. Cela signifiait que je devais toucher un peu les bâtons avant de basculer pour pouvoir compter totalement sur l’écran de mon appareil mobile.

L’autre grande fonction autonome est AutoTrack. Vous sélectionnez un sujet – une personne, un vélo, une voiture – et le drone se verrouille et les maintient au centre du cadre. Il le fait en utilisant la même technologie de vision par ordinateur utilisée pour éviter les obstacles, sauf que cette fois-ci, il s’agit de construire un modèle 3D non seulement de l’environnement, mais aussi de la cible que vous voulez suivre.

SUIVRE ET ORBITER UN SUJET EST GÉNIAL.
Le suivi des sujets était excellent lorsqu’il fonctionnait, mais il fallait généralement plusieurs essais avant de se verrouiller. Il disait souvent que le sujet était trop petit ou trop éloigné. J’ai trouvé que ça marchait mieux quand vous étiez à dix ou douze pieds de votre cible. Il était très bon pour suivre une seule personne, mais il les perdrait s’ils croisaient des chemins avec une autre personne portant des couleurs similaires, ou si la personne que vous avez choisie errait dans un groupe.
Lorsque vous êtes en Autotrack, vous pouvez également lancer une orbite simplement en tenant le bâton à gauche ou à droite. C’est une manœuvre délicate, même pour un pilote expérimenté, et elle peut mener à des images fantastiques. J’ai trouvé que ça marchait vraiment bien quand le sujet était immobile. Si le sujet bougeait, cependant, l’orbite semblait un peu imprévisible. Puisque le Phantom 4 ne peut voir qu’en face de lui-même, vous devez surveiller les obstacles en orbite, et je pourrais facilement imaginer un pilote débutant qui juge mal la largeur d’un drone circulaire essayant de suivre une cible en mouvement.

dji phantom 4 GIF dji fantôme
En fin de compte, je pense que les caractéristiques de vol autonome quelque peu limitées sont probablement une bonne chose. Il vous oblige à apprendre un peu de contrôle de base sur les bâtons tout en prévenant les accidents et en permettant aux débutants de créer plus rapidement et avec plus de confiance des plans incroyables. Pouvoir prendre la relève en mode manuel, en cas de défaillance des systèmes autonomes, est quelque chose que tout propriétaire de drone devrait apprendre à faire.

LE RYTHME DE L’INNOVATION FIXÉ PAR DJI EST ÉPOUSTOUFLANT et pas cher de ce drone camera

Et pendant que je souligne les limites des fonctions autonomes, le rythme d’innovation fixé par DJI est toujours à couper le souffle. Nous avons vu des drones qui pouvaient suivre les gens au CES en 2015, et des indices de bon sens et d’évitement. Un an plus tard, beaucoup de drones follow me commençaient à peine à être expédiés aux clients, et la technologie de détection et d’évitement était un peu meilleure, mais loin d’être disponible sur le marché. Lorsque le Yuneec Typhoon H a été présenté au CES plus tôt cette année, j’ai dit que c’était un challenger très crédible pour le Phantom’s trône, en grande partie parce que c’était le premier drone grand public qui promettait d’éviter les obstacles grâce au sonar embarqué. Malheureusement pour Yuneec, le Phantom 4 de DJI les a maintenant battu sur le marché avec un système beaucoup plus robuste.

Le Phantom 4 coûte 1399 $, plus cher que le tout nouveau modèle de l’an dernier. Mais l’ajout de ces fonctions autonomes en fait le choix évident pour tous ceux qui cherchent à acheter leur premier drone. Pour les professionnels, le Phantom 4 offre maintenant une suite de technologies plus robuste que le haut de gamme Inspire 1, et peut même l’égaler pour la vitesse.

QU’EST-CE QUI VIENT APRÈS  le drone camera pas cher?

Nous avons appelé le Phantom l’iPhone des drones, à la fois parce que c’était notre première recommandation, et parce que chaque nouvelle version s’est légèrement améliorée sans changer radicalement l’ensemble des fonctionnalités de base. Le Phantom 4 brise cette comparaison, faisant un saut évolutif. Personnellement, ma seule hésitation à acheter ce bourdon est que DJI a déjà montré quelque chose de mieux que le Phantom 4 sur son bourdon de développement, le Matrice. Il possède une autonomie totale de 360 degrés, ce qui permettrait au Phantom de suivre en toute sécurité une cible sur le côté ou en marche arrière. DJI a laissé entendre dans les interviews que le Phantom 4 n’était que la première étape dans ses plans pour des unités plus autonomes. C’est un drone incroyable, c’est sûr, mais si j’attends encore 10-11 mois, pourrais-je avoir quelque chose de plus cool à la place ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.